Rechercher sur le BromptonForum ->
AccueilAccueil  PortailPortail  Calendrier des baladesCalendrier des balades  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental

Aller en bas 
AuteurMessage
Tarouilan
Vénérable Grand Maître
Vénérable Grand Maître
avatar

Nombre de messages : 3138
Age : 69
Localisation : Vincennes (94) - France
Mon Brompton: : M6R + modifs perso (pour qu\\\'il freine)
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental   Dim 24 Fév 2008, 12:51

dans les programmes de l'UFR de Sciences humaines Cliniques de l'université Paris VII, un séminaire de psychanalyse intitulé «Sarkozy, le symptôme – Lecture de l'inconscient». Le psychiatre et psychanalyste Hervé Hubert, qui anime le cours en question, a prévu de consacrer 9 séances au «cas» Sarkozy sur la base de Témoignage, le livre que Nicolas a publié en 2006 et dans lequel il raconte sa vie, de l'enfance à la candidature. Nous avions raté le premier cours- dont la conclusion était, en gros : le principe fondamental du sujet Sarkozy, c'est qu'il nous dit la vérité et qu'il nous aime (enfin, c'est ce qu'il croit. Mais en psychanalyse, c'est ce que croit le patient qui est important, pas la réalité). Voici le résumé du deuxième.

Martyr, prédateur, barbare
L'enfant Sarkozy est un enfant souffrant. Pas beau, pas sportif, se croyant mal aimé, et vraiment abandonné par son père. D'où l'ombre de l'enfant qui plane sur les décisions du président : enfant martyr (de la Shoah, de la pédophilie) ou enfant prédateur, barbare (enfant de sans-papiers qu'il faut chasser, racaille des cités qu'il faut éradiquer). On note également l'importance de la notion de puissance phallique chez un masturbateur forcené qui doute, justement, de sa puissance. On apprécie aussi le fait que Nicolas, apprenant à 18 ans que son défunt arrière grand-père était un bijoutier juif de Salonique, se lance immédiatement dans la quête… de sa part d'héritage grand-paternel perdue : il se rend à Salonique pour réclamer 4000 francs (et à l'époque, ce n'est pas rien). C'est que Nicolas, à moitié abandonné par son père qui ne veut même pas verser la pension alimentaire, a décidé que désormais, il se servirait. Dont acte. Mais tout ça, nous dit-on, n'est que quête d'amour…

L'action ne doit jamais cesser
L'amour est, avec l'action, le moteur de super Nico. Chez lui, l'action vaut tout. Elle remplace l'acte qui, lui, suppose un avant et un après, une réflexion sur les conséquences, une portée symbolique. L'action, c'est juste le mouvement. Je pense à un truc, je le dis, je le fais. Je réfléchis après. Pour Sarkozy, l'action ne doit pas cesser, ou l'amour ne doit pas cesser, sinon, c'est la destruction. Alors, puisque les Français ne l'aiment plus, Nicolas agit. Et c'est là que son inconscient parle. « Qui parle ? Ça parle », comme dirait l'autre.
Exemple : je vois dans mon agenda que je dois aller au dîner du Crif ce soir. Je me dis qu'il faut trouver quelque chose à dire (action). Puis, je sais pas, l'inspiration sans doute, je dégote ce truc d'enfant de la Shoah. Action encore. Eh bien non : l'enfant de la Shoah, c'est mon inconscient qui me l'a dicté. C'est le petit enfant souffrant en moi qui parle.
Très bien. Mais alors qui, en Nicolas Sarkozy, s'exprime quand il décide de toiletter la loi de 1905, quand il laisse sa directrice de cabinet expliquer que la Scientologie, ce n'est guère plus menaçant qu'un club de bridge ? L'adolescent qui se masturbait en s'imaginant jouer le rôle de Tom Cruise dans Top gun ?

http://blogbernardgensane.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/02/22/des-psy-et-sarchozy.html
http://www.marianne2.fr/Quand-les-psys-se-penchent-sur-le-cas-Sarkozy_a84147.html
affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarouilan
Vénérable Grand Maître
Vénérable Grand Maître
avatar

Nombre de messages : 3138
Age : 69
Localisation : Vincennes (94) - France
Mon Brompton: : M6R + modifs perso (pour qu\\\'il freine)
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental   Mer 27 Fév 2008, 22:35

L’analyse du comportement et des propos de Nicolas Sarkozy permet de dresser un portrait psychologique extrêmement préoccupant pour un président de la république. Quelques exemples rassemblés auprès de proches, de membres de sa famille politique et de journalistes. Edifiant !

Le portrait que nous pouvons tracer est le suivant :


Catherine Nay dans son livre nous décrit un homme dont l’unique véritable sujet de préoccupation est lui-même et sa quête obsessionnelle du pouvoir et ayant aucune ouverture sur une autre perspective que celle dont sa personne dessine l’horizon, sur un autre monde que celui dont il occupe le centre ;

M. Tribalat, démographe renomé, après avoir était reçu par Sarkozy lui écrit : « j’ai pu apprécier votre conception du débat. Vous n’imaginez pas qu’un autre point de vue (que le votre) présente un quelconque intérêt. » ;

Le ministre libéral Goulard nous renseigne lui aussi sur son comportement : « Son égoïsme, son obsession du moi lui tient lieu de pensée. La critique équivaut pour lui à une déclaration de guerre qui ne peut se terminer que par la reddition, l’achat ou la mort de l’adversaire » ;

Des proches de Chirac d’ajouter : « Il a un compte à régler avec la vie qui le pousse à créer l’affrontement partout et non à rassembler. », il y a « de la graine de dictateurs chez cet homme-là. », « il pète les plombs. » ;

Dominique de Villepin pense que : « sa violence intérieure, son déséquilibre personnel, l’empêche d’atteindre à la hauteur de la présidence. » ;

Ses colère sont tellement célèbres que l’express en fait un titre « Sarkozy : il gardera son calme. » ;

Même ses groupies de l’UMP font part de leurs inquiétudes : « il antagonise, il clive, il joue les uns contre les autres avec la plus extrême cruauté. ». Un autre d’ajouter : « il n’est vraiment totalement humain que quand il s’agit de lui-même. » ou encore « il a un problème de nerfs, de paranoïa. » mais d’ajouter, comme pour se rassurer « il s’arrange, il murît, il se densifie. » ;

Un député UMP, issu de l’UDF, faisant parti de la meute confie : « On dit qu’il est narcissique, égoïste. Les mots sont faibles. Jamais je n’ai rencontré une telle capacité à effacer spontanément du paysage tout, absolument tout, ce qui ne renvoie pas à lui-même. Sarko une sorte d’aveugle au monde extérieur dont le seul regard possible serait tourné sur son monde intérieur. Il se voit, il se voit même constamment, mais il ne voit plus que ça. » ;

Tous ses proches emploient la même expression : « il ne peut pas s’empêcher. » ;

En fait, il suffit de l’écouter pour être convaincu ! « Maintenant dans les réunions publiques, c’est moi qui fait les questions et les réponses et, à la sortie, les gens ont l’impression que l’on s’est vraiment parlé. ».

Nicolas Sarkozy présente les principales caractéristiques d’une névrose paranoïaque selon un thérapeute. C'est un mal bénin. Toutefois, sous l'effet de stress, un névrosé peut brutalement passer à la psychose, et là c'est grave.

Nicolas Sarkozy présente les caractéristiques suivantes:


très grande susceptibilité,

ego surdéveloppé de façon pathologique,

très grande méfiance envers autrui,

jugement altéré,

etc.

La névrose peut se traiter par des séances de psychothérapie: analyse ou autres. Il est assez symptomatique que N. Sarkozy refuse tout débat avec ses concurrents, attaqué sur ses points psychologiquement faibles (ego, susceptibilité,etc), il pourrait craquer et montrer alors sa vraie personnalité. Je le crois assez intelligent pour s’en rendre compte. Cela dit, une névrose est un mal relativement bénin, qui n’a comme effet qu’un caractère assez désagréable pour l’entourage.

La psychose, en l’occurrence la paranoïa déclarée, c’est toute autre chose, c’est ce que le commun des mortels appelle la folie. C’est une maladie mentale grave, nécessitant, le plus souvent une hospitalisation ou, pour le moins, un traitement médicamenteux sérieux. Le tout doublé d’une approche psychothérapie classique.

Dans le cas de N. Sarkozy, nous n’en sommes qu’à une phase de névrose. Malheureusement, sous l’effet d’une brusque décompensation, un névrosé, qui est parvenu à un certain équilibre grâce à des béquilles psychiques, peut passer brutalement à la psychose par exemple, sous l’effet du stress. Peut-on prendre le risque de confier le bouton des armes nucléaires à un tel sujet ?


Seule solution : scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gor
Maître Bromptoniste
Maître Bromptoniste


Nombre de messages : 823
Age : 49
Localisation : paris
Mon Brompton: : Pas Brompton : SWIFT
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental   Ven 29 Fév 2008, 09:05

Trés intéressant ( même si comme d'hab tu n'as pas pu t'empêcher d'en rajouter avec la photo de fin ) édifiant et évidemment inquiétant....
Et tout ce que tu décris est certainement amplifié par l'attitude courtisane de son entourage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un truc marrant, S.. le rapport clinique sur son état mental
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROMPTONFORUM - Le forum des amateurs de Brompton :: Saloon :: Saloon-
Sauter vers: