Rechercher sur le BromptonForum ->
AccueilAccueil  PortailPortail  Calendrier des baladesCalendrier des balades  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Lun 04 Avr 2011, 19:56

#1 La rencontre impromptue d'Hile en forêt de Soignes


Traversant la forêt, le surgissement d'un Brompton au bord d'un gouffre de béton m'apparut surnaturel.  Plus prodigieux encore fût de découvrir ensuite que ce M8Lx était poussé par Hile (que je reconnus aussitôt). S'engagea une discussion à bâtons rompus, vous imaginez bien. Mais de jantes et de rayons, vous savez, il en fût assez peu question.  

Mon accompagnant, quoique heureusement déjà initié à quelques rites, semblait être quelque peu perplexe...
"Les cyclistes entre eux se flairent, se sentent, se devinent, se reconnaissent. Un mot, un geste, une attitude et deux individus apparemment normaux et qui ne se connaissaient pas la seconde d'avant, s'engagent dans un dialogue ésotérique fort déroutant pour l'entourage."
(Faizant J.)


Dernière édition par Abeillaud le Sam 29 Nov 2014, 19:48, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #2 VéloVolant et l'anneau de Moebius au Bois de la Cambre   Ven 28 Oct 2011, 23:05

#2 VéloVolant et l'anneau de Moebius au Bois de la Cambre


Aujourd'hui grasse matinée!   (Chers amis bromptomaniak,  heureusement qu'on a la semaine pour se remettre de ses exploits du week-end).          

Décrassage intégral au pétrole et à la brosse à dent: pignons, chaine, galets,  tout y passe pendant le reste de la matinée...    VéloVolant arrive à Bruxelles!

Le train me dépose dans la capitale, beau soleil...   on papote,  rue de La Loi, Cinquantenaire,  puis pilotage à vue de nez,  je ne sais trop par où, il a fallu que VéloVolant déplie son plan de Bruxelles et m'indique une direction,   enfin on arrive Place Flagey.   Chouette!  Le bois de la Cambre n'est pas loin.   Et là,  deux,  ou peut-être même trois tours du lac...     Plongé dans une discussion à propos du grand bi,  je dois bien avouer que je ne m'étais pas aperçu qu'on tournait en rond.

Aaahh...  L'objectif est en vue!!   'A la mort subite',  quelques Chouffe plus tard, on n'oublie pas de faire ensuite la photo...(*)  


Promis, juré,  on se revoit au BWC!


Dernière édition par Abeillaud le Dim 16 Oct 2016, 23:44, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #2 VéloVolant et l'anneau de Moebius au Bois de la Cambre (suite)   Dim 30 Oct 2011, 11:23

(*) Suite: Ce sont les premiers billets de VéloVolant, notamment ceux consacrés à son aventure sur les chemins du grand bi Mesicek (billet du 18 novembre 2009) qui m'ont incité à poursuivre une lecture (autrefois) régulière des discussions et même à y contribuer un certain moment;  j'ai trouvé sur ce forum un petit goût qui ne semblait pas exister ailleurs,  n'étant pas un adepte de "l'exposition médiatique" en vogue avec certains sites "sociaux".    Je lui rends grâce, car sans quoi peut-être je n'aurais jamais rencontré par la suite autant d'amis,  fervents bromptophiles,  parfois même incollables sur le sujet.    Mon B s'est enrichi de belles pièces mécaniques, elles possèdent chacune une histoire, des recherches techniques mais aussi surtout associées à des rencontres avec des passionnés.  

Finalement -Denis ne me contredira sûrement pas-  ce drôle d'engin fait de tubes pliés qui s'offrait à nos yeux chez notre vélociste nous a conduit sur des routes dont nous n'imaginions pas vraiment encore le caractère extraordinaire. (**)  

Cher Walter Debeuf,  avec ou sans Chouffe,  n'attendons pas le printemps,  pardi!


Dernière édition par Abeillaud le Jeu 02 Oct 2014, 23:11, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Ven 18 Nov 2011, 21:19

Rencontre #3 Voyage chez Popine pour un Paris Rando Vélo
(Moi qui croyais prendre ma retraite tranquillement… )


Sur ce chemin extraordinaire, trois autres bromptonistes :   Popine (Antoinette), Sabrinatdm (Sabrina) et Jean-Pierre (Armand).  

Un peloton d’une septantaine de cyclistes s’est formé sur le coup de vingt-deux heures devant l’hôtel de ville pour la sortie hebdomadaire qui se terminera vers minuit trente :  
Paris Rando Vélo, Paris bike night !   On en compte régulièrement plus de 200 lors des périodes fastes.

Toute première visite de la ville lumière pour la personne qui m’accompagnait sur un B de location.   Et quelle visite !   Nous avons trainé nos B sur les plus belles avenues et devant les plus beaux monuments dans la nuit parisienne.   Dans le désordre : Notre Dame, Les Invalides, la Tour Eifel (juste à temps pour le spectacle de onze heures), place Vendôme,  l’Opéra (très impressionnant illuminé),  la place de l’Etoile (en stoppant un flot de bolides large de plusieurs files)…  je serais bien incapable de tout réciter,  c’était à foison.    Mais le parcours de cette nuit est soigneusement consigné ici.
 
Dans un Paris coloré,  Jean-Pierre, habitué du rendez-vous et bromptoguide pour l’occasion,  illumina  davantage la visite par son infinie gentillesse.  Sabrina, bien qu'exceptionnellement absente ce soir-là avait fait passer le message: nous étions attendus.

Les « staffeurs » (Jean-Pierre en fait parfois partie) qui encadrent tout ce beau monde, font un travail remarquable, accélérations, freinages ponctués de  « staffeur à gauche », « staffeur à droite »,  « laissez le passage », « ne laissez pas d’espace, recoller »  à l’adresse des participants ou d’un « décroche ! » à l’adresse d’un collègue qu’on remplace et qui remonte aussi vite le peloton pour se positionner au carrefour suivant.   Tout est extrêmement bien huilé.   Et pour mon bonheur,… ce vendredi on a échappé à la musique techno traditionnellement diffusée dans un fort volume sonore en fin de peloton !

Un week-end formidable suivait, avec une luminosité et une chaleur incroyables pour la mi-novembre.   Seul le drapeau belge avait été hissé pour nous accueillir.     En t-shirt sur la terrasse vagabonde...     Relax!    Un  coin de paradis à quelques kilomètres de Paris,  Voulzy a son studio d’enregistrement juste en face.  

Bref, nous fûmes choyés comme des coqs en pâte et j'ai été heureux comme rarement.

C’était Bromptomagique !  

Plus encore?...  Oui mais là,  ce chemin s’aventure dans des jardins secrets…

« Là où je vais
Les sons ne sont pas pareils
Le ciel est plus bleu
Il y a plus de soleil
C'est un pays docteur
Un monde intérieur
C'est un long chemin, je sais
Là où je vais… »

Mille mercis Antoinette.





Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:19, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #4 Un Brompton pas comme les autres", avec Stephlouv   Mer 28 Mar 2012, 20:55

#4 Un Brompton pas comme les autres", avec Stephlouv



(c) Photo: Abeillaud  - Merci Stéphane!  (DSC3355_C_800, avec son aimable autorisation)

Vous ne le saviez peut-être pas,  nous comptons dans nos rangs un membre que les bromptobricoleurs au pays du soleil levant nous envient.

Le boitier de pédalier Octalink sur un B, c'est lui: http://www.bromptonforum.net/t4606-le-pedalier-et-son-boitier-ameliorer-la-transmission-en-mono-plateau
Les étriers Shimano à tirage inversé sur un B, c'est lui: http://www.bromptonforum.net/t2639-atelier-cycles-a-ixelles
La tige de selle titane avec chariot de selle intégré chez Bike Selection, c'est encore lui: http://www.bromptonforum.net/t3288-tige-de-selle-titane
Et j'en oublie.

Puisque nous avons un docteur en Schlumpferie (Sparte), un auteur à succès (erland) , des héros sportifs (Vincent à vélo) et même des super héros sportifs (Loïc),  je propose publiquement et solennellement à nos administrateurs d'attribuer à Stephlouv le titre honorifique de BricoBrompton (1) pour sa contribution exceptionnelle au petit monde du B.

(1) Avec l'adjectif super ou expert?




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:32, édité 33 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Lun 23 Juil 2012, 21:21

Le #5 sera après le #6.

Visites à Paris ce week-end. En pèlerinage chez Mariage Frères...

(c) Photo: Abeillaud [_DSC5022_c_900]





Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:20, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mar 24 Juil 2012, 13:30

#6 Sous la tour Eiffel avec Bromptonette


Rendez-vous sur la place de l'hôtel de ville et ce fût le choc à son arrivée.   Son joli B rouge titane brillait maintenant d'éclats dorés.  Toutes les pièces noires ou presque en étaient recouvertes.   Elle qui cultive la discrétion,  aurait-elle puisé cette rococoterie dans le Bromptonforum?   Le doute m'étreignit: allait-elle faire de même avec les belles roues que je lui apportais?  Oohh.... vous imaginez de la peinture à la bombe sur le beau moyeu "chromé" joliment et patiemment rayonné!  

Que découvrirais-je lors de nos prochaines retrouvailles?

(c) Photo: Abeillaud [_DSC5034_c_900] avec leur aimable autorisation - Corinne [Bromptonette], mon #6 en compagnie d'Etienne.

Manifestement le B doré de Corinne plait à un amateur asiatique de bromptotuning car il a mis cette photo dans ses favoris.

Paris, mais c'est la Tour Eiffel
Avec sa pointe qui monte au ciel
La Tour de Pise, la Tour de Nesle,
La Tour de Londres sont bien moins belles.
On est toujours sûr avec elle
De monter jusqu'au septième ciel.
Paris ne serait pas Paris sans elle
Avec sa pointe qui monte au ciel
(J.Hélian)




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:20, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mer 01 Aoû 2012, 19:26

#5 Premiers tours en grand bi chez GoodyGuy



(c) Photo: Abeillaud [_DSC4977_900] avec leur aimable autorisation  - Goodyguy, mon numéro 5 en compagnie d'Etienne


Dernière édition par Abeillaud le Sam 22 Oct 2016, 16:00, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mer 05 Sep 2012, 21:10

#7 Tuxedo, bow tie et Heinz Stücke


BWC 2012: les derniers départs de la "Sprint race" étaient prévus à partir de 14h30.   Il était temps de se rendre sur la zone.    Assommé par la moiteur, je rassemblai tout mon courage,  remis le veston,  serrai le papillon et quittai mes amis,  confortablement installés devant l'orchestre.  Ils se rafraîchissaient au cidre sans compter, les bouteilles étaient gracieusement offertes.  A l'intérieur de la tente Brompton,  la compétition pliage et les duels de vitesse sur rouleau faisaient le plein.


(c) Photo Sabrinatdm [P1150764_900p] -  Heinz Stücke,  mon numéro 7

Hagard mais pas encore complètement aveugle,  quelques mètres plus loin, mes yeux se posèrent sur un "Turkish green" un peu particulier.  Il était bandé de chatterton et pliait sous la charge de deux énormes sacs,  sans compter un rétroviseur digne d'une Harley.  Le petit bonhomme à la casquette,  je savais que c'était Heinz Stücke.  'Tu vois, c'est Le + grand voyageur du monde qui roule en Brompton", m'aurait dit Roger.  Il faut dire qu'il roule depuis longtemps Heinz... près de 50 ans.  Bien sûr, il n'a pas toujours eu un B.  Il n'existait point à cette époque puisque A. Richie frottait encore ses culottes courtes sur les bancs d'école quand Heinz quitta son Allemagne natale.

Il faut dire aussi que moi non plus mes rêves de voyage ne datent pas d'hier.  D'Heinz Stücke, j'en entendis parler personnellement dans les années 91-92 par un autre voyageur à vélo, qui le rencontra par hasard à Bangkok lors de son TDM et avec lequel il se lia d'amitié.

Nous nous amusions à comparer nos B et nos tenues.   Et avec enthousiasme et le verbe alerte,  plusieurs sujets furent passés en revue.  Plus d'une heure s'était sûrement écoulée.  La "Sprint race" n'était plus qu'un souvenir vague.  

Heinz sans doute pour s'exprimer davantage avec le geste, se décida enfin à mettre son B en position parking.  Un tube de tente fiché dans le sol et posé sur un écrou fit l'affaire.   C'était le moment de l'interroger sur ses "travel writers" préférés...

Aujourd'hui la journée au bureau fût harassante.   Elle l'aurait été moins si j'avais su qu'une enveloppe postée en France avec les mots "livre" et"brochure" avait été le matin déposée sur mon clavier.


(c) Collection Abeillaud


Dernière édition par Abeillaud le Dim 02 Nov 2014, 22:58, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mar 25 Sep 2012, 22:51


(c) Photo: agence Sportive Photo, (c) collection Abeillaud (314243BWC04_c_900) avec son aimable autorisation-  Etienne, mon numéro 8

Etienne était sur l'affaire des jantes.   Récidivistes incurables,  nous avons convoité les moyeux californiens aux belles couleurs brillantes et aux flasques magnifiques en aluminium forgées à froid,  les rayons à double rétreint,   la tige longue en titane Brompton extra rare,  le boitier de pédalier à roulements combinés à rouleau et contact oblique à bille et bien d'autres choses exquises.  Imaginez que toutes ces pièces ont été obtenues après parfois de longues recherches,  documentaires ou sur les étalages virtuels.  Ce n'était pas que lectures et commerces,  nous nous sommes initiés au rayonnage de haute précision et à la mesure du delta du Q-facteur.   C'est peu dire que ces deux B exigèrent astuces, patience et échanges.  Pour repousser une fringale qui nous guettait dangeureusement,  le B de Paul fut aussi sacrifié.

Nous voici pendant le Marathon du BWC 2012,  moi chevauchant un Mark I dans son état d'origine et  Etienne son Mark IV apple green bousté avec ces multiples pièces raffinées.

Ce qui démontre encore une fois, "Denis ne me contredira sûrement pas,  que ce drôle d'engin fait de tubes pliés qui s'offrait à nos yeux chez notre vélociste nous a conduit sur des routes dont nous n'imaginions pas vraiment encore le caractère extraordinaire."

Notre rencontre n'était pas totalement le fruit du hasard.

Un avant-goût du récit du Brompton World Championship 2012.




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:21, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Ven 28 Sep 2012, 21:27

#9 L'art d'apprivoiser un papillon rebelle par Marie-Chrys


(c) Photo: Armand [du Bromptonforum], collection Abeillaud (IMG_0247_C_900)- Avec son aimable autorisation, Christine, mon numéro neuf

C'est un papillon à trois couleurs.  Rebelle,  il ne se laisse apprivoiser que si on possède l'art du nouage.   Fier de sa parure,  il n'a que faire de l'agrafe.   Un seul faux pas et une couleur se fait la malle.  Il fallait des doigts de fée pour rendre ce pauvre bromptoniste présentable sur la ligne de départ du Brompton World Championship.    

Avec mon #9,  "le monde sera neuf" et le papillon rebelle dompté.


Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:33, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Sam 29 Sep 2012, 01:25

#10 erland, l'auteur à succés du Brompton Forum


(c) Photo: Abeillaud (DSC00180_900p), à Trier lors de notre voyage en Allemagne - David, mon numéro 10


David, c'est le Zidane du Brompton Forum.   Un artiste du billet hors-pair,  qui distille ses analyses et ses synthèses avec une parfaite maîtrise de l'Azerty,  toujours à l'affût de l'URL,  avec le sens terrible de la passe et de l'amortie.

Le "bien commencer en Brompton" est la pierre angulaire incontestable du forum et le meilleur article de synthèse (ever written) autant pour le futur acquéreur que le bromptoniste chevronné.   Avec cette lecture critique,  l'essentiel des dizaines de milliers de messages de notre forum vous est rendu et même davantage grâce au nombre impressionnant de sources qui accompagnent le propos.   C'est le Graal pour celui qui souhaite s'y retrouver dans une documentation qui devient de plus en plus conséquente et à fortiori de plus en plus enchevêtrée: il y trouvera le bon grain.

Cela valait bien une petite reconnaissance de notre Bienfaiteur.  

Good Job David.

(c) Photo Abeillaud (BWC_2012_dedic_erland_900)

Séance de dédicace suite à la "session questions et réponses" du BWC 2012.
La photo complète de ce Mark I se trouve dans mon album Flickr.




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:22, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Sam 29 Sep 2012, 13:45

#11 À la rencontre de Sir Andrew Ritchie à l'occasion du 30e anniversaire du #426

(c) Photo: Steve_007 [du Bromptonforum], Collection Abeillaud (IMG_4931_C_900) - Sir Andrew Ritchie,  mon numéro 11


Arrivé à Blenheim Palace,  j'avais juste le temps avec mes équipiers du Paul's Brompton Forum Gang de parcourir le circuit du championship à des fins de repérage pour la course du lendemain.  A 16h00 débutait  la "questions and answers session".  J'étais venu à la rencontre d'Andrew Ritchie avec un Mark I, le #426.  Quelques minutes avant la séance, il (re)découvrait un de ses premiers Brompton.  Il le trouvait en très bon état et pour cause.

Pendant la Q&A , la voix pleine d'émotion, je m'emparais du micro, balbutiant dans un anglais approximatif: "Sir Ritchie,  this is the thirtieth anniversary of this bike, the number 4, 2, 6.  I know that the challenge of Brompton is to ensure the retrofit to maintain as long as possible in good condition the old Brompton.  Can you do something for me, it needs replacement parts now."

Sir Ritchie ne pouvait rien pour moi,  je le savais,  mais la conversation face au public était lancée.  Je lui demandais d'expliquer l'origine de la courbe caractéristique du cadre principal et d'exposer le principe de la manivelle pliable,  devant un public conquis.  

Ma monture avait fait le voyage de Oxford à Blenheim avec en prime un tour du championship, 'it was a challenge to ride it", "not easy", je lui disais en conférence.   A. Ritchie tâtait les deux pneus pour vérifier si la pression était correcte avant de répondre dans son style inimitable:  "Oliviéé,  the reason may be that your metabolism is not efficient today" (réplique de mémoire).

Un autre beau moment.

(c) Photo: Steve_007 [du Bromptonforum], Collection Abeillaud (IMG_4933_C_900)
______
« Brompton has been Ritchie's life: 'I have worked bloody hard. I've remained single. I haven't had a family - this is my family in a sense. I went through years in the doldrums as a thoroughly unmarriable chap - no income at all and obsessed with his project.' But now he's ready to take a back seat. 'I'm craving more time - to travel, play tennis garden, and just be. I hardly know my own house.' » (The Guardian (7/08/2005), The bicycle that turned into folding money, [29/09/2012])

A paraître:
-Le détail de la session Q&A du BWC 2012 dans "mes nouveaux Brompton" , avec l'aide d'Hubert K.   Je relate dans ce fil mes découvertes et mes rencontres de bromptochineur.
-Le compte-rendu complet du BWC 2012 dans la rubrique ACTION/cyclotourisme.





Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:23, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mer 10 Oct 2012, 01:24

#12 La surprise d'Armand

(c) Photo: Tiot Vélo (du Bromptonforum) - Collection Abeillaud (DSC04598_c_900) - Jean-Pierre, mon numéro 12

La "balade de la Loire" nous menait au terme de la première étape à Sancerre,  la ville natale de Jean-Pierre (heureux hasard).   Arrivés à destination,  une belle surprise attendait l'équipée du Brompton Forum sous de grands sapins.  Cette attention délicieuse avait été orchestrée avec la complicité de sa maman.

Le départ, le lendemain, n'était pas moins joyeux même sous le crachin sancerrois.   De quoi nous motiver davantage à aller à la rencontre des bromptonistes habitant les régions que nous traverserons lors de nos prochaines sorties cyclotouristiques -et, mmmh... découvrir ainsi les spécialités locales.

 
(c) Photos: Abeillaud  (DSC04657_c_600) et (DSC04606_c_600), avec leur aimable autorisation.


Dernière édition par Abeillaud le Dim 05 Oct 2014, 19:52, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Sam 13 Oct 2012, 00:45

#13 La Purple Lady Sabrinatdm


(c) Photo grâce à la collaboration et au talent de Nick Russey de Vulpine.cc (coll. Abeillaud: IMG_2804_900) - Sabrina, mon numéro 13


Ma première rencontre à l'occasion d'un grand évènement bromptonesque.   Pour vous la conter,  j'ai attendu patiemment le 13,  porte-bonheur.  

Nous avions convenu de nous rencontrer à St Pancras à la sortie de nos Eurostar respectifs;  elle en provenance de Paris,  moi de Bruxelles.   Elle venait disputer avec Prune son 4e Brompton World Championship,  pour moi c'était un baptême.   Prune, c'est son B "purple haze" qui, pour l'occasion, était couvert d'étoile.   Le mien était entièrement noir avec pour seule fantaisie des petits drapeaux tricolores collés à la hâte la veille du départ.  C'est un sans petit nom.

Secrètement, à cette occasion,  je m'étais donné pour mission de convertir un oncle qui m'accompagnait aimablement.  Il était venu sans veston, sans cravate,  sans chemise,  sans inscription,  mais tout de même avec un B de location.  Ce n'était pas sans espoir.

On avait annoncé le départ imminent du championship, nos B étaient déposés sur la grille de départ.  Il était l'heure pour Sabrina de déployer ses ailes qui s'accordaient aux couleurs violettes, roses et fuschia et pour moi, vêtu de gris et de blanc,  d'attacher au col cassé un pauvre papillon qui fait maintenant pâle figure devant l'étoffe de Rebelle.  


(c) Photo: Abeillaud (_DSC3009_C_900) - Etienne, mon numéro 8 et Sabrina, mon numéro 13

J'ai feuilleté longuement les albums photo de nos sorties en B des treize derniers mois pour choisir cette deuxième image.   Lille en février,  Paris en mars ou en novembre,  Eifel et Moselle en mai,  Oxford et Blenheim Palace en août 2011 et 2012,  au bord de la Loire en octobre:  j'avais le choix.  Celle-ci a été prise à Paris en mars.




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:23, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Mer 17 Oct 2012, 23:28

#14 La pause syndicale de Tiot-vélo chef de tribu.


(c) Photo: Abeillaud (DSC04842_c_900) avec sa collaboration- Roger, mon numéro 14 au terme de la "balade de la Loire", avec Denis, un bromptoniste orléanais qui descendait spécialement de son train en gare de Blois en espérant nous apercevoir et pouvoir nous offrir le journal qui parlait de nous.

"Je suis picard mais aussi belge de cœur".  Voilà une assertion qui fera plaisir des deux côtés de la frontière,  c'est un fin politicien Roger !  Pour mieux marquer son appartenance à sa région, Roger effaçait "Roger" et optait finalement pour "Tiot-vélo",  ce qui signifie "petit vélo" en picard.  Comme il aime nous l'expliquer, c'est ainsi que l'appellent les gens de son coin à la vue de son véhicule pas orthodoxe.

Roger est un animateur très actif dans la rubrique "action, cycloutourisme".  Pas seulement celle de notre Brompton Forum,  mais ailleurs aussi et depuis de nombreuses années.  Il a à son palmarès nombre de camps de vacances sportives ou de virées à la Fédération française de cycloutourisme, pour laquelle ce sera bientôt la dernière fois qu'il organisera le voyage au Sénégal.  C'est un véritable maître en la matière qui n'a pas attendu les étoiles que nous offrent gracieusement Fredo et GoodyGuy à la mesure du nombre de billet versé sur le forum.  La valeur n'attend pas les récompenses virtuellles.   Chers administrateurs,  lors de l'obtention de son rand suprême, je vous prie aimablement de lui attribuer un titre original comme son pseudo.  



(c) Photo: Vincent V. , avec la bénédiction de mon numéro 14 -  Y'en même une où Roger fait sa pause syndicale; normal pour le chef de tribu des 510 km (;-) ) , nous lançait Vincent en partageant avec nous son album photo de notre randonnée sur la LF1 en août dernier


"J'ai finalement participé assez peu aux balades du Brompton Forum cette année" me disait-il lors de notre périple le long de la Loire, il y a une dizaine de jours.  En consultant ma bromptophotothèque,  j'y trouve effectivement plus facilement mes numéros 9 et 13, par exemple, que mon numéro 14.   Participant et organisateur du Lille-Oostenduinkerke et retour, de la sortie de 6 jours sur la LF1 de Boulogne à Den Helder et celle de la Loire, mais absent à la sortie hivernale à Lille (qu'il avait pourtant organisée), aux sorties printanières à Binche, à Bruxelles,  à Tournai,  à Zaventem, dans l'Eifel et en Moselle et aux sorties estivale à Oxford pour le BWC, à Anvers pour le BOC et à Liège,  il nous prépare pour 2013 un tour de Gaule et du Léman mais aussi un périple de plusieurs jours le long du Danube.   Tiot-vélo serait-il plutôt un coureur de Tour que de Classique ?




Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:24, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Jeu 18 Oct 2012, 21:09

Exact ! Présent l'an dernier  en automne à Ostende et à Givet et au week-end parisien et au Bromptour-nai ce printemps,  absent au Bruxelles - Cologne l'an passé à la même époque et, comme tu ne possèdes pas encore le don d'ubiquité,  à Namur le jour où nous étions sur la côte.  Pour les treize derniers mois,  le décompte est ainsi achevé.  

Ostende, Givet, Joinville....

À Joinville-le-Pont sur le Relax de mon numéro 3, j'avais rendez-vous avec mon numéro 10, alors que la veille, mon numéro 5 se manifestait à la dernière minute sur la place de l'hôtel de ville à l'occasion de ma seconde balade nocturne de Paris Rando Vélo pour laquelle mon numéro 13 battait le rappel.   Les sans numéro y étaient nombreux.

À Ostende et à Givet, c'étaient les prodigieuses rencontres de mes numéros 6 et 9 et... du 14.   C'est lors de la balade autour d'Ostende que Walter découvrait les "bromptonautes".  Le "club bromostendais" qu'il souhaitait était sur ses roues.  Depuis ce 24 septembre, un an plus tard, je compte une quinzaine de balades proposées sur le Brompton Forum dont quelques-unes "élevées au rang de ballade", comme l'écrivait si joliment Guy rentré de Blois.

Je n'ai pas fait mon addition, mais sachant que je n'ai raté que les quatre premiers des six jours de la LF1 depuis la sortie nivelloise de juin 2011,  le compte est vite fait.  Après Compiègne,  ces balades et des ballades seront contées et recomptées.

Roger, garde un peu de temps pour venir à une ou deux de mes balades en 2013 !


Dernière édition par Abeillaud le Sam 06 Déc 2014, 13:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #15 Une cinquième étoile pour Débutant   Dim 21 Avr 2013, 23:41

#15 Une cinquième étoile pour Débutant

(c) Photo: Abeillaud [_DSC2937_c_900] avec leur aimable autorisation - Patrice, mon numéro 15, en compagnie de mon numéro 14 traversant la Marne lors du week-end parisien 2012.


Six mois que ce billet se faisait attendre,  je sentais de plus en plus vivement l'aiguillon de mes amis :  ils me pressaient dorénavant de faire diligence !   L'annonce de ce mille cinq centième avait pris,  au fil du temps,  l'allure du big secret que l'équipe marketing de Brompton répandit dans un élan d'enthousiasme peut-être mal contrôlé, et qui mit dans l'embarras,  lors de la session questions et réponses du dernier BWC,  Andrew Ritchie au flegme pourtant légendaire.  Vingt-quatre mois plus tard, les clients infortunés attendent encore la révélation...

Un titre de vénérable grand maître doit se mériter,  me disais-je.   Il fallait un plat épicé, mais remettre sans cesse au lendemain sa cuisson rendait inéluctablement la tâche de plus en plus ardue : il importait davantage de pas décevoir les papilles de mes amis.    Les idées et la documentation s'empilaient au point de prendre des dimensions dignes d'une véritable thèse doctorale.   J'avais fait une liste de choses les plus extraordinaires les unes que les autres : une étude historique des roulettes sur le triangle arrière ;  une interview de Miss Mc Gregor, la Girl Friday, qui nous raconterait en détail son expérience pas banale pendant la période "The Arches" ;  le récit de la rencontre entre Andrew Ritchie et Alex Moulton ;  présenter un brompt-collectionneur asiatique ;  retracer le chemin semé d'étoiles qui m'a amené pour la seconde fois jusqu'aux instants rares et magiques de la Grande communion précédant les déferlantes sur le célèbre gazon de Blenheim Palace...   Finalement que faire ?   Je décidais astucieusement de tromper l'attente de mes amis en leur soumettant quelques énigmes dont certaines n'étaient pas piquées des vers.   Je comptais sur Bromptonauten pour les divertir : voilà qui me donnerait le temps de pondre le récit fameux.  

J'apprenais, pendant notre second week-end parisien, que Patrice perché sur ses petites roues gravissait un col aux pentes et au climat dantesques.  Même avec sa roue libre ingénieuse à 3 pignons,  l'ascension s'annonçait très rude pour lui.   La meilleure chose que je pouvais faire avec cette cinquième étoile était de la rendre filante pour qu'elle pousse Patrice dans le dos, tel un compagnon de route qui vous entraine vers le sommet à la force de son bras posé sur votre épaule.  Cela l'aiderait à surmonter le col avant une descente pleine d'ivresse jusqu'au fond d'une vallée riante,  où nous l'attendons tous.  


(c) Photo Abeillaud (DSC06283_900), avec l'accord sollicité de SaméClaire - Devant l'hôtel de ville après la balade dominicale de Paris Rando Vélo, la plupart des participants du week-end parisien 2013.


Dernière édition par Abeillaud le Dim 28 Sep 2014, 21:26, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #16 Danser avec Brombär sous les Arbres de mai   Dim 16 Juin 2013, 23:47

#16 Danser avec Brombär sous les Arbres de mai


(c) Photo : erland (coll. pers.: _DSC0760_1907_c_900) -  Christian, mon numéro 16, au bord de la Moselle

"Le Bromptonours c'est uniquement si vous avez un Brompton arc-en-ciel et que vous êtes un bisounours!"  écrivait l'un de vous, farceur.  Je n'ajoute qu'une syllabe : "Bromptonounours" ; c'est ma traduction de "Brombär".  "Bär" - terme allemand - signifie "ours" ou "baie", nous avait-il expliqué. "Nounours" c'est tout de même plus commode et plus charmant que le "fruit indéhiscent dont le péricarpe charnu contient les graines ou des pépins".

Une fête du vin mémorable sur le bord de la Moselle ;  l'évaporation mystérieuse d'erland ; une rencontre extraordinaire avec Wilfried Schmidt à Tübingen où les moyeux sonnent... : c'est un fil doré que nous avons tissé sous deux Arbres de mai.   Lors d'une fin d'étape, j'ai vu et entendu Christian et Keith accompagné d'un troisième larron, je ne puis dire si c'était "erland", "Jipi", "...&Phil" ou "Steve_007", rouler de front et chantonner en menant le train.  

Miss Kat lors de la dernière heure de notre "balade de l'Arbre de mai (bis)" m'avait enlevé de la bouche le trait qui sied à notre Bromptonounours : une attention rare aux autres.  Assurément un grand numéro.  Un nombre premier comme le 17 qui suit.

Balade intemporelle
Elle parcourt nos faibles cœurs
C'est une ballade sans fin
Elle nous rejoue encore son numéro

Sous l'Arbre de mai
Nous danserons d'ivresse
Emparons-nous en triomphalement !


(c) Photo : Abeillaud (DSC06365_c_900) - Mon numéro 16, mon numéro 10 et des encore sans-numéros à la source du Danube lors de la "balade de l'Arbre de mai (bis)."

C'est un air détaché
Pour chanter le fil enchanté
Qui malgré nos airs fâchés
Dit tachez de vivre attaché
Les cœurs des cœurs approchés
Accrochés par un fil caché
Si le monde est démanché
Tâchez de pas le lâcher

(...)


Dernière édition par Abeillaud le Dim 09 Avr 2017, 14:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: #17 Deux Pyramus au Léman : un botaniste et le Bromptonogre    Sam 29 Juin 2013, 00:06

#17 Deux Pyramus au Léman : un botaniste et le Bromptonogre de Genève


« Rendez-vous à 18 heures,  c’est devant la cathédrale Saint-Pierre ».  Pour fêter notre tour du Léman,  Pyramus nous avait invité à déguster,  non pas un péteux,  mais une mousse belge dont notre hôte se faisait depuis peu l’ambassadeur : la Malteni, la bière des cyclistes.  Produite en petite quantité par une brasserie de la région de Tournai, elle faisait déjà le bonheur de quelques repères de cyclistes, plutôt de ceux qui roulent en pignon fixe,  en Belgique,  à Londres ou à Paris.

Pyramus était reparti du premier championnat Bénélux disputé à Anvers avec la médaille du troisième.  Je lui avais parlé du « tour du Léman » qui était déjà dans les cartons de Tiot-vélo.  Il m’avait promis de faire son possible pour nous mettre en contact avec les bromptonistes du coin par l’intermédaire d'un vélociste établi à Genève :  Sulpiz de Bike2Fold est un des initiateurs de la Swiss Folding Society.  Nous connaissions déjà un peu leurs sorties vespérales et multimodales par des articles et des vidéos.   C’était la première fois qu’une délégation du Brompton Forum se rendait en Suisse,  nous voulions conserver cette épice qui relève considérablement l’intérêt de ces escapades :  dans l’Eifel et en Moselle et le long de la Loire,  notre entreprise avait été couronnée de succès.  Davantage encore parce qu’ils ou elles nous ont rejoints pour d’autres balades.

Sur près deux cents kilomètres par les coteaux ou le long de rivages délicats,  mon numéro 14 nous emmenait,  dans le  sens dextrogyre ,  pendant trois jours,  de l’Horloge fleurie au Jet d’eau.   Depuis des mois le " tour du Léman" était l’un des sujets de discussion de la rubrique « action » les plus visibles.   Tiot-vélo avait été propulsé au rang suprême de Vénérable grand maître en tapotant les derniers billets de la bonne centaine lors d’un battage médiatique sans pareil.    Pour ratisser davantage,  un communiqué de presse avait même été envoyé à Bike2fold.

(c) Photo : Abeillaud (DSC06951_C_900)
Une phalange de vingt-quatre bromptonistes,  venus de Belgique, du nord de la France, d'Alsace, de Paris, d’Orléans, de Grenoble, de Haute-Savoie,  prenaient la pose devant l’Horloge.  Parmi eux cinq ou six régionaux.  Ils étaient moins nombreux que nous l’avions espéré mais nous nous réjouissions de les voir pour la première fois au départ d’une balade du Brompton Forum.   Pour nous souhaiter un bon tour,  Sulpiz de Bike2fold était là avec un panier de croissant,  une table pliable nappée et sa fusée à pédales dont la vitesse de pointe, phénoménale, était mentionnée sur le carénage.  Dans ce peloton,  on comptait aussi trois paires de grande roue : les grandes roues et tous les autres genres de vélo sont toujours les bienvenus aux balades.

(c) Photo : Abeillaud (DSC07117_c_900)

Pendant les cinq tours de la petite aiguille de l’Horloge, Miss Kat éprouvait la nécessité d’un petit plateau : les crêtes siennoises de l’Eroica seraient un tout autre plat que les douces pentes ou les courts raidillons qui bordent le Léman,  et tous découvraient en vrai le Brompton-kayak de Tud affrété pour une traversée de Lausanne à Évian.  Tandis que le B embarqué faisait une croisière sans gôle,  nous goutions la perche du lac à Vevey et à quelques draches entre Montreux et Évian.   Quant à nos compagnons suisses,  en arrivant à Lausanne au soir de la première étape, ils avaient pris congé de nous.  Ce même soir, cette tribu terrible bouleversait l'organisation de l'aubergiste qui encore sous le coup nous écrivait plus tard: "Nous nous excusons d’avoir mal prévu la quantité à consommer de nos clients.  Ce soir là nous avons été surpris par le grand nombre de clients et leur faim."
Photo : Abeillaud (DSC07049_c_900)


(c) Photo Abeillaud (DSC07190_c_900) - Avec leur aimable collaboration

Arrivés enfin au jet d’eau célèbre,  marquant la fin du tour, après une jonction opérée avec deux autres suisses entre Evian et Yvoire,  deux cents trois kilomètres étaient rigoureusement comptés, ce qui était conforme au programme de Tiot-vélo dont la grande expérience lui dictait de bien stipuler dans ses programmes que « le kilométrage est approximatif », que pour toute science il y a une marge d’erreur.   Cette prudence ne lui avait pourtant pas évité les vicissitudes que j’ai plusieurs fois éprouvées comme GO.   En effet d’aucuns,  même parmi les plus aguerris,  s’étonnaient bruyamment des nombreuses difficultés que le meneur,  si on les entendait parler,  avait gardées sous le sceau du silence.   Arrivés à l’auberge,  ces camarades épiloguaient chaleureusement sur la notion de plat et de faux plat ou la mesure exacte de la circonférence de tel ou tel pneumatique.

À dix-huit heures sonnantes, nous étions au rendez-vous de Pyramus -  moi surpris de lire son pseudo dans le marbre ! - devant le trois où « à la fin de septembre 1816, les habitants de la Cour Saint Pierre, petite place où est située à Genève la maison de de Candolle, voient défiler sous leurs yeux quarante petits chars de roulage chargés de bagage.  Ce jour-là, de Candolle était fixé à Genève, car ce bagage c’était son herbier, et l’herbier installé, de Candolle l’était aussi. » **

« Ici ont vécu et travaillé pendant un siècle les botanistes genevois Augustin Pyramus de Candolle (1778 – 1841),  Alphonse de Candolle (1806 – 1893), Casimir de Candolle (1836 – 1918), Augustin de Candolle (1868 – 1920)» pouvait-on lire.   Après G. Pyramus, le Bromptonogre de Genève, A. Pyramus, le célèbre botaniste.


(c) Photo : Abeillaud (DSC07195_c_600)

Dans une librairie à Genève, le lendemain je dénichais une biographie publiée en 1851 ;  «La vie et les travaux de A. Pyramus..." (« une haute intelligence et un excellent cœur » s’exclamait l’auteur) et j’y découvrais,  parmi tant d’autres choses,  que l’aïeul de notre Pyramus avait herborisé dans ma région natale :  « Un samedi il arrive à Verviers, parcourt avec M. Lejeune, les bords de la Vesdre, entre Verviers et Limbourg.  Le dimanche il est à Spa, herborisant dans les fagnes des Ardennes… »

Pyramus était né l’année où disparaissait le père de la taxonomie binominale, le suédois Linné.  On l’avait nommé « Le jeune homme à l’arrosoir », « à cause de l’habitude qu’il avait contractée de s’asseoir des journées entières sur un arrosoir pour étudier des plantes et prendre des notes au Jardin des plantes à Paris », c’était dans les années 1798.   Il était un des scientifiques les plus éminents de son époque.   Il avait fréquenté Cuvier (premier paléontologue), de Lamarck, seul prédécesseur de Darwin (il publiait en 1809 sa théorie de l’évolution), Gay-Lussac (théorie sur les gaz, souvenez-vous de la relation entre volume et pression), mais aussi Laplace, Humboldt, Biot, Malus, Poisson…  des pionniers de la pensée scientifique moderne.   Créant de véritables écoles à Montpellier et à Genève,  il avait suscité, comme peu l’ont fait, un véritable engouement pour les sciences, la botanique en particulier, non seulement auprès de ses élèves mais aussi dans le grand public : il était notamment un des fondateurs du jardin botanique (1817) et du musée d’histoire naturelle de Genève.  Si l’herbier du grand Linné comptait 8000 espèces,  celui d’A.Pyramus de Candolle en rassemblait plus de 75 000  représentées par 135 000 échantillons en 1835. C’est dire le travail énorme d’herborisation et de description qu’il avait mené une vie durant avec d’innombrables confrères qui lui avaient parfois transmis en héritage leur herbier.

Auteur de « Théorie élémentaire de la Botanique » ; de « Flore française » ; de 2 volumes de « Systema regni vegetabilis » (projet de monographie qui devait décrire tout le règne végétal !) ; du « Prodromus (abrégé du Systema) d’« Organographie végétale » et de « Physiologie végétale »,  il a cherché de manière incessante l’ordre dans la diversité de la vie, quoique baigné dans les conceptions de l’époque :  point d’évolution mais des créatures permanentes…  Il s’agissait plutôt de classifier les espèces « afin de révéler les degrés de l’échelle le long de laquelle Dieu avait disposé la vie.»*    En effet le Beagle n’avait pas encore pris le large (1831),  « De l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle » n’était pas encore couché sur le papier par Darwin (1859) et Mendel n’avait pas encore publié ses écrits sur l’hérédité (1865).  


(c) Photo : Abeillaud (DSC07210_c_900) avec son aimable autorisation. - Guillaume, mon numéro 17

Une petite Renault arrivait peu après 18 heures dans la Cour Saint-Pierre,  derrière le volant un nœud papillon et un grand gaillard.  Arrivé fraichement de Londres le jour même, faute d’avoir pu courir l’Ultra Challenge, il avait annulé en dernière minute sa participation, il venait de terminer le Smithfield Nocturne avec son B british green doté d'un cintre plat sur un tube P, ce qui plaçait sa selle sur la tige télescopique au moins 30 cm plus haute que son guidon.  Cela ne déplairait pas à Dominique1020, d'autant qu'un plateau ovale de 54 dents couplé au BWR lui offrait des développements dignes des forçats de la route.

Dans la demeure historique familiale, tout à tour, blondes, blanches et ambrées, dont le frigidaire était plein à craquer, étaient décapsulées par les bons soins de notre ami suisse.  Il nous racontait que le voyage de la Malteni jusqu’aux bords du Léman devait un peu au Brompton.  Au retour du premier championnat Bénélux, l'an passé, mon numéro 4 l’avait emmené à la place Flagey à Ixelles,  goûter à ce breuvage biologique sans gluten et sans doute,  je subodore, aux joies du pignon fixe.   La passion soudaine pour cette mousse l’avait poussé à s’emparer de dizaines d’hectolitre - la moitié de la production annuelle ! -  en vue d’abreuver les habitants du Léman.  Cette entreprise d’évangélisation avait été un parcours du combattant pour faire voyager ces milliers de bouteilles au-delà des Alpes.  Trouvait-il un stimulant dans un nom qui,  à une lettre près,  désigne une équipe dont la renommée est indissociable de celle de l’Ogre de Tervueren ?  On pouvait le penser en écoutant le récit de sa chevauchée fantastique.  Il avait véritablement avalé sur son british green le Cyclotour du Léman : 180 km officiellement chronométré en 5h53, quinze jours plus tôt dans des conditions presque dantesques, le froid avait été piquant et il avait ramassé la grêle... le dernier dimanche de mai.


(c) Photo : Abeillaud (DSC07251_c_900)
Le lendemain,  j’allais au cimetière municipal de Cologny où repose Nicolas Bouvier («tournez à gauche après le gendarme couché » m’avait dit un jardinier) et m’arrêtais aussi devant le Vieux-toit (je n’ai pas osé frapper à la porte du nouveau propriétaire de la Chambre rouge).   La tombe de Bouvier est extrêmement simple et résume sa philosophie.  Thierry (Krypton) me rappelait que dans la culture japonaise le bambou symbolise l’entrée dans le monde et que les quelques pierres formées en un tas la disparition.

J’ai relu Bouvier qui écrivait au sujet des Suisses et de la botanique dans « une orchidée qu’on appela vanille » :  « Les Suisses romands, qui ne sont pas très bavards et qui se méfient peut-être à raison du beau langage, deviennent intarissables dès qu’il s’agit d’une pivoine ligneuse ou d’une agapanthe. Je n’ai découvert cette passion et cette richesse que sur le tard,  parce que,  pendant très longtemps,  j’ai beaucoup mieux connu l’histoire de Téhéran ou de Kyoto que celle de ma propre ville.  En écrivant l’histoire d’une famille de photographes genevois,  les Boissonnas, j’ai constaté que les souvenirs de Fred Boissonnas,  le grand héros de cette dynastie,  étaient absolument bourrés de botanique.   Par exemple,  on donnait une grande fête,  colossale – à cette époque il était très riche – pour les cinquante ans d’une azalée.   J’ai trouvé cela extrêmement touchant. »

Pyramus,  qui n'est pas un taiseux,  avait bien caressé l’idée de devenir botaniste, mais à l’âge de douze ans, apprenant que presque toutes les espèces avaient été découvertes, l’avait abandonnée aussitôt.   Il terminait son stage d’avocat, dans le droit commercial, ce qui est une aide précieuse pour l’importation de denrées rares.  Charles,  le frère de Pyramus, nous recommandait la visite du jardin botanique.   Il me faudrait revenir.

Mes horizons imaginaires de Genève,  en plus d’un écrivain voyageur, photographe et iconographe,  s’étaient enrichis d’une histoire de botaniste.   Je crois qu'un des buts ultimes de ces balades est de rallier à nous les bromptonistes habitant les régions que nous visitons, et davantage encore, de créer des liens durables.   Pyramus, je peux vous le dire maintenant, c’est mon Bromptonounous de la Suisse romande.


(*) Campbell, Biologie,1995
(**)de La Rive (A.), "A.P de Candolle, sa vie et ses travaux, Ed. J. Cherbuliez, Paris, 1851, p.163


Dernière édition par Abeillaud le Dim 21 Aoû 2016, 17:29, édité 59 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Intermède : avec Gérard sur la neige lilloise   Sam 29 Juin 2013, 12:59

Intermède I : avec Gérard sur la neige lilloise

Une fois n'est pas coutume, je republie à l'identique le billet paru dans le sujet la balade lilloise du 5 février".  Gérard que nous avons revu lors de la balade au Pays minier roulait toujours sur des grandes roues, il m'a confié qu'il envisageait les petites roues qui étaient bien pratiques pour partir en train vers des régions où il souhaitait randonner.  Voyez-vous, nous ne sortons pas en B  vêtus de T-shirt uniquement par un pur ciel bleu .  Cette balade sur la neige est toujours dans nos mémoires comme j'ai pu m'en rendre compte à diverses reprises.  Tiot-vélo, bloqué chez lui par une automobile qui refusait d'emprunter la glace, nous avait manqué, non sans avoir confié à Gérard la conduite de la tribu. Cette lettre est adressée à Keith, un des mes prochains numéros...



Cher Keith,

Vendredi passé, les premiers flocons de cet hiver tombaient enfin sur notre région. Chaque année j'anticipe les premières gelées et quand tous les paramètres météorologiques sont au beau fixe, je désespère de voir la sulfateuse du service épandage abîmer la belle couche brillante de nos chaussées. Ce week-end, un peu de neige tassée, quelques degrés sous zéro, je me console avec les miettes d'un hiver trop chaud. La belle époque 1985-1986 avec ses moins 20-25 °C, où le bus de la société des transports en commun me conduisait malgré tout à l'école du village entre les congères de 2 mètres rehaussées par le chasse-neige, c'est bien loin tout cela...

Je craignais seulement un peu le verglas pour mon équipée et que cette sortie se résume à une visite des boutiques de luxe du centre ville. On se serait consolé chez Meert, puis chez Morel & Fils en échafaudant les projets "printemps-été" 2012. Heureusement ce fut bien plus.

Au-dessus de moins 10°C, habillé de façon conventionnelle mais néanmoins en respectant quelques règles simples à appliquer, la déperdition de chaleur produite par le travail de nos organismes lors d'un petit exercice est suffisante pour ne pas ressentir désagréablement le froid. J'ai même dû descendre la tirette de mon coupe-vent pour me rafraîchir. J'étais donc serein lorsque je t'invitais à nous rejoindre ce dimanche, d'autant que la matinée était annoncée comme ensoleillée avec quelques couvertures nuageuses et un faible risque de précipitation l'après-midi. L'atmosphère resta assez sèche, le verglas épars (il n'avait pas plu avant le gel, ni refondu) mais presque toujours recouvert par une fine couche de neige tassée permettait l'adhérence indispensable de nos roues. Quel plaisir de rouler sur la neige dans ces conditions!

Un paysage exclusivement urbain entre Lille et Tourcoing, où la blancheur contrastait parfois avec une noirceur terrible.

Des bromptonistes enthousiastes, que Gérard a bien eu du mal à tempérer, prêts à en découdre avec l'hiver lillois. Les premiers tours de roue dans la neige de Bromptonette aux commandes d'un drôle d'engin qui faisait un bruit de char sur le macadam. Une tablée, où se mêlaient les discussions autour du potcheveche et d'un certain week-end parisien. Ronny Coutteure nous jetait un oeil malicieux (son portait dédicacé trônait dans la grande salle du P'tit Quinquin, l'acteur avait fréquenté comme élève le conservatoire de la localité) et la flèche ensoleillée de la place de la République nous rappelait, chiffres à l'appui, pour toute bonne chose il y a toujours une faim, qu'une fois les crêpes glacées et flambées au Grand Marnier enfournées, il fallait bien décoller.

Un jour sans doute, sur cette piste de 800 km de glace entourée de montagnes, au paradis sibérien, je repenserai avec émotion à notre ballade lilloise et je m'y sentirai moins seul.

Avec toute mon amitié,

Olivier

__________________
Rien d'indispensable mais tu m'écrivais: "la seule chose que mon Brompton, avec ses chouettes petites roues et donc sa chaîne assez basse, n’aime pas, ce sont les centimètres de neige".
Il n'y avait que deux ou trois centimètres d'épaisseur, les pédales passaient bien au dessus de la couche neigeuse et aussi étonnant que cela puisse paraître, il y avait autant de neige sur la roue arrière du grand vélo de Gérard, notre guide. J'observe que les pneus ramassent facilement la neige qui est dispersée ensuite sur la mécanique par les haubans, le garde-boue et l'étrier de frein. J'ai aussi tendance à croire que certains pneus neige et glace pour vélo ont été conçus pour éviter cet effet boule de neige, du moins ils ne le font pas. Rêvons d'un pneu 16 pouces cloutés pour nos B lors des sorties hivernales sur les belles patinoires. Un Marathon Winter existe déjà en 20 pouces pour les possesseurs de Dahon et autres machines infernales. Alors pourquoi pas pour nous?


Dernière édition par Abeillaud le Lun 03 Juil 2017, 23:31, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Mes numéros en chair et en os   Mar 23 Juil 2013, 11:41

Intermède II : Trois ''bromptonauten'' colonais sur le chemin impérial : Gero, Elmer et TomK

Sur le forum des "bromptonauten",  je soumets aussi les énigmes de l'énigmatique Bromptonauten  pas piquées des hannetons et lance des invitations : ainsi nous avons rencontré mon numéro 16 lors de la première balade de l'Arbre de mai qui reliait Aachen à Luxembourg par les plateaux volcaniques de l'Eifel,  la Moselle et la Petite Suisse en quatre belles étapes.

Trois "bromptonauten" ont répondu présent pour le "Kaiserliche Radweg", qui nous mènera de Heimbach, petit village touristique au bord du barrage de la Rur, à Aachen, la ville où résidait Carolus Magnus et où on couronnait des empereurs.  Trois "bromptonauten" et seulement une bromptoniste encore sans pseudo :  les assidus du Brompton Forum ont manqué le rendez-vous.  La grande réunion souhaitée entre les bromptonistes et les bromptonauten est partie remise. Aachen est pourtant un point de rencontre ferroviaire idéal et le temps est superbe depuis une quinzaine,  même aujourd'hui,  21 juillet, sans la menace de la drache nationale. Leur préférence était-elle royale plutôt qu'impériale ? Tout de même,  il ne faut pas perdre une occasion de recrutement pour le vénérable grand maître Tiot-vélo et les autres GO des petites et grandes balades de notre forum,  surtout que Gero, Elmer et Tomk font partie des membres les plus actifs du seul forum germanophone des utilisateurs de B.

Nous sommes à quelques kilomètres de la frontière belge, dans le Parc régional de l'Eifel.  Une grande partie de la balade se fera dans le sous-bois, nous profiterons d'un peu de fraicheur.   Gero qui a vécu trois années à Paris s'exprime avec aisance en français,  nous bavardons dans le train en direction du lac de la Rur, où Marie-Agnès du Douaisis nous attend avec son raw lacquer pimpant neuf.

Je raconte quelques balades à Gero ; nous sommes habituellement entre huit et vingt lors de nos rendez-vous.  Si pour le Brompton Forum, c'est un petit succès,  pour mes amis "bromptonauten" c'est une belle occasion :  Gero, Ivo et Thomas  sont colonais et profitent de cette Balade impériale pour se retrouver.  

Il faut dire que l'activité de leur forum n'est pas si intense.  De temps en temps, un "Origami-Tour" est proposé : c'est une petite balade en ville qui rassemble les utilisateurs locaux.  Ils ne sont guère plus d'une poignée à ces rares occasions, d'ailleurs entre bromptonauten des différents Länder, on ne se rencontre pas souvent dans la vraie vie.   À côté de cela notre Tour du Léman prévu huit mois à l'avance par Tiot-vélo avec un battage médiatique qui attira quelques Suisses romands à l'Horloge fleurie ; la balade d'une semaine de Freiburg am Brisgau à Heidelberg en passant à Tübingen pour rendre visite à Wilfried Schmidt ; le week-end à Madrid organisé par Minimic pour manger des tapas et faire l'Anneau vert avec les bromptonianos du Foro Brompton,  c'est une autre dimension.  Je m'enquiers auprès de Gero de leurs envies de balades et de rencontres,  de l'identité des "maîtres" du B chez les bromptonauten.  Le week-end à Paris, une balade en Somme,  les "trois frontières",  oui Nancy aussi,  et le BWC, le BBNLC, la Toscane ? Ah superbe me dit Gero...  je leur assure qu'ils trouveront leur bonheur dans notre calendrier des balades.  On prépare déjà 2014 et 2015.

Arrivée tardive à Monschau, la perle de l'Eifel blottie dans les premiers méandres de la Rur, on sort du bois.  On apprécie le double Apfelschorle, on fait la photo devant les colombages.  On file ensuite sur une pente douce pendant 40 kilomètres à travers les Hautes Fagnes vers la Fontaine d'Élise au centre d'Aachen.  Raeren, Roetgen...  Gero se dresse sur son cadre pendant une bonne dizaine de minutes,  zigzague avec Elmer.   Je filme.  Le Radweg de la Vennbahn sera le grand plaisir en roue libre de cette année bromptocyclotouristique.

21 juillet 2013 : un chemin impérial en Allemagne et une journée royale en Belgique !


Dernière édition par Abeillaud le Mar 04 Juil 2017, 21:08, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Lun 03 Juil 2017, 23:45

#18 Juliane Neuss, Brecki et Skippy


(c) Photo : Abeillaud (DSC03027_800)

Texte en cours d'écriture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abeillaud
Fournisseur officiel de belles balades
Fournisseur officiel de belles balades
avatar

Nombre de messages : 5324
Age : 107
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   Lun 03 Juil 2017, 23:49

Je souhaite que tous les futurs billets de ce sujet se suivent numéro par numéro sans interruption pour la clarté et une lecture plus plaisante,  je les ai collectés et reclassés dans ce sujet propre avec le souhait de laisser ces textes jusqu'à présent sur le forum plutôt que de les publier sur un blog.  Je serais heureux d'avoir votre appréciation.  Voudriez-vous m'écrire par message privé plutôt que directement dans cette discussion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Itinéraire d'un bromptoniste : mes numéros en chair et en os [récits]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Blog visiteurs ] Recherche de l'itinéraire de la campagne 1928 du cuirassé Jeanne d'Arc
» Itinéraires de Normandie
» MESA 2012
» Calculer la longueur d'un itinéraire avec Google Earth
» Route nationale 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BROMPTONFORUM - Le forum des amateurs de Brompton :: Action :: Récits-
Sauter vers: